LES IDEES NOIRES - GOURAIGE LAURE

Nos rayons
LES IDEES NOIRES

LES IDEES NOIRES

GOURAIGE LAURE
Editeur : POL
Collection : FICTION
Date de parution : 01/01/2022

[ean : 9782818054390]

En stock !
17.00 €

Notre avis

« Vous vous réveillez un matin, vous êtes noire ».



Ainsi débute, d’une phrase abrupte et incongrue, non pas un navet d’Étienne Chatiliez avec Valérie Lemercier (on a déjà donné) mais le deuxième roman de Laure Gouraige, jeune autrice qui livre d’ores-et-déjà avec ces « idées noires » l’un des textes les plus stimulants de cette année.


Une déflagration pour la narratrice, une jeune femme dont la vie devient tourment alors qu’une journaliste lui fait prendre la mesure d’une altérité, d’une assignation identitaire dont elle n’avait alors pas conscience.

Devenue noire, parce que c’est ainsi que la catalogue un simple message vocal, elle n’aura de cesse de remonter le fil d’une histoire qu’elle pensait ne pas être la sienne. Et Laure Gouraige de mettre des mots aussi percutants qu’émouvants sur une frénésie identitaire qui, accaparant le débat public, transformé en une bataille d’oppositions binaires souvent vaines et pénibles, nous réduit à une somme d’identités vendues en gros, d’étiquettes que l’on nous colle dans le dos, renforcées ici par ce « vous », cette neutralité qui balise le texte comme une distance que l’on s’impose à soi et qui nous implique tous, ou ces qualificatifs qui se substituent aux prénoms des personnages, ici un gentilé (« la Viennoise »), là un métier (« le géologue »), pour mieux rappeler que c’est avant tout notre rapport à l’autre qui nous définit.


Éparpillée façon puzzle par un regard qui l’emprisonne dans une perception inédite de sa propre existence, l’héroïne recompose une vie au gré de consciences nouvelles, celle de l’origine ethnique mais aussi de la classe sociale, d’une plongée dans l’intime et d’un voyage à l’autre bout du monde.

En Haïti, sur les terres paternelles, sur les traces d’un passé qui ne la concernait que de loin, quand elle n’était pas encore noire, naît l’ambition de combler un patchwork de manques, de vides, d’absences, et de réparer cette honte surgissante de n’avoir jamais posé le pied sur cette île hantée par le fantôme magnifique de la grand-mère, disparue mais omniprésente, comme si elle n’avait alors jamais été véritablement elle-même.



Laure Gouraige parvient à se défaire des accents sentencieux et manichéens que peuvent supposer ces thématiques, livrant un texte virtuose qui, navigant entre l’intime et le macroscopique, entre le tragique des discriminations et un concentré d’incendies intérieurs, contraignant le politique à percuter l’expérience personnelle, parle à chacun d’entre nous, nous interrogeant sur ce que nous sommes réellement et sur la manière dont nous appréhendons l’autre.


Laure Gouraige, avec son sens aiguisé de la formule, son écriture ciselée et chantante, sa puissance d’évocation, pose une voix unique, dans un texte court mais d’une intensité et d’une singularité folles, qu’il vous faut entendre, qu’il vous faut lire, qu’il nous faut écouter car les mots, chez elle, se cognent au réel, exprimant ce que la littérature peut offrir de plus beau.

Alexis

Du même auteur

LA FILLE DU PERE GOURAIGE LAURE POL

LA FILLE DU PERE

GOURAIGE LAURE
POL