L'HOTEL DE VERRE - ST. JOHN MANDEL E.

Nos rayons
L'HOTEL DE VERRE

L'HOTEL DE VERRE

ST. JOHN MANDEL E.
Editeur : Rivages
Collection : RIVAGES NOIR
Date de parution : 01/03/2021

[ean : 9782743651657]

En stock !
22.00 €
Résumé
Sur l'ïle de Vancouver, se dresse un hôtel aux murs de verre, seulement accessible par la mer. Il est fréquenté par une clientèle exclusive qui veut rompre avec la civilisation connectée. Là, pas de wifi, pas de portable, on est au bout du monde.  Paul, aspirant compositeur, et sa soeur Vincent, vidéaste amateure, travaillent tous à l'hôtel Caiette. Un soir, alors qu'on attend l'arrivée du milliardaire new-yorkais Jonathan Alkaitis, le gérant découvre avec horreur un tag gravé sur l'une des parois transparentes: Et si vous avaliez du verre brisé? Qui est l'auteur de ce graffiti menaçant? Est-il destiné à quelqu'un?  Dans ce havre de luxe, des gens se croisent, des destins se font et se défont. A l'hôtel Caiette, mais aussi à Vancouver et à New York, des vies vont prendre un tour imprévu et souvent dramatique. Comme un papillon au Brésil peut causer une tempête au Texas, un verre au bar de l'hôtel Caiette peut ruiner une existence... 

Notre avis

Commencer la lecture du second roman d’Emily St John Mandel, c’est rentrer pas à pas dans un univers singulier et une atmosphère feutrée.

La lecture est quelque peu déroutante, on avance sans savoir où l’on va et ce n’est qu’au fil des pages que l’on comprend la puissance de la trame de l’auteure.
On perçoit des fragments, des morceaux de vie des personnages que l’on garde en mémoire et qui constituent un énorme puzzle, une véritable mosaïque savamment élaborer.

A l’image de l’existence humaine, la construction est cyclique, jusque dans les moindres détails. Au coeur, un mystère plane : « Et si vous avaliez du verre brisé ? » écrit à l’acide sur la vitre d’un hôtel de luxe, à Caiette, au large de Vancouver.

Le destin des personnes présentes va graviter autour de cette énigmatique soirée. « Nous traversons ce monde si légèrement », dit Marie, compagne de Léon, un soir au milieu du désert à bord de leur camping-car, après avoir perdu leur maison et toutes leurs économies, en ayant fait confiance à Jonathan Alkaitis, propriétaire de l’hôtel.

Emily St John Mandel dresse avec habilité une galerie de portraits, tous saisissants et vrais, avec finesse et psychologie.
Face au drame, les personnages se heurtent à la violence de l’existence sans cri, sans larmes, avec pudeur. La tragédie se fait en silence.
À la dérive, entre plusieurs mondes (celui de l’argent, celui de l’ombre, et celui des réalités alternatives), vers lesquelles les personnages s’échappent.

On est spectateur, comme derrière une vitre, à observer leurs histoires. Au gré de la lecture, on est tenu à distance et pourtant si proche d’eux, comme si on observait une toile d’Edward Hopper, teintée de mélancolie.

Une œuvre qui échappe à toute définition. Ce qui est certain c’est qu’il s’agit d’un grand roman !

Doriane

Du même auteur

STATION ELEVEN ST. JOHN MANDEL EMIL RIVAGES

STATION ELEVEN

ST. JOHN MANDEL E.
RIVAGES